Chocolaterie Dardenne : un centenaire bien portant

Chocolaterie Dardenne : un centenaire bien portant

Au XIXème siècle, pharmacie et chocolat étaient étroitement liés. Ludovic Dardenne, était le parfait exemple de cet alliage qui nous semblerait anachronique aujourd’hui. Pharmacien-chocolatier, il vendait du cacao en pharmacie comme il en était coutume à l’époque. Pris de passion pour cette épice délicieuse mais difficile à maîtriser, il décida de créer sa chocolaterie éponyme en 1897, le début d’une longue histoire familiale. Anecdote amusante, les Nestlé et les van Houten furent eux aussi pharmaciens avant de bifurquer, avec le succès que l’on connait, vers la chocolaterie.

L’acte fondateur

Aux prémices du XXème siècle, le chocolat est une boisson onctueuse et agréable mais les effets secondaires ne sont pas maitrisés. Les problèmes digestifs, maux de tête et autres vomissements sont légions. Mais Ludovic Dardenne va faire une rencontre qui va changer le cours de son destin. Il va devenir l’élève puis le collaborateur de Paul Sabatier, célèbre chimiste, et accessoirement prix Nobel de chimie en 1912. Autour d’une tasse de chocolat chaud, ils vont mutualiser leurs connaissances scientifiques et parvenir à dompter les effets secondaires du chocolat. De cette avancée découlera un brevet en 1910…toujours en vigueur aujourd’hui, puisque ce chocolat au goût inimitable est toujours fabriqué par la chocolaterie Dardenne comme modèle signature de la marque.

Une mutation salvatrice

Le temps et les mutations qu’il engendre, ont obligée la société pyrénéenne à s’adapter. Près de la fermeture à la suite du décès de Pierre Dardenne en 2002, à l’âge de 97 ans après 72 ans d’activités, la société pyrénéenne fut sauvée par la volonté de transmission du patron, qui partagea les secrets de fabrication avec ses employés. Même s’il a fallu évoluer, la firme a conservé certains packagings historiques au look suranné mais identifiable aux yeux de sa très fidèle clientèle. Véritable institution à Luchon (Haute-Garonne) où siège toujours son usine et ses bureaux historiques, l’entreprise a su se pérenniser et faire honneur à sa belle et longue histoire. La chocolaterie Dardenne produit toujours des chocolats traditionnels mais sa gamme s’est nettement élargie avec même un virage vers la bio en 2005. La chocolaterie s’est pleinement retrouvée dans cette notion de santé et bien-être qu’implique la conception biologique des produits. C’est même un revival de l’image historique de la marque puisqu’elle a longtemps prospéré grâce à des chocolats dits de régime (En 2002 l’administration des fraudes a interdit nationalement l’appellation « chocolat de régime »).  La certification biologique a entrainé la disparition de la lécithine de soja des procédés de fabrication. Elle a également redonné un élan à l’innovation, avec la création du chocolat à l’Agave faible en saccharose autour d’un procédé unique au monde, comme un clin d’œil aux racines des Dardenne.

Un engagement total envers les producteurs

Engagée dans l’économie solidaire à travers le commerce équitable, la Chocolaterie Dardenne a permis à de nombreux petits producteurs sud-américains d’améliorer leurs conditions de vie. Ainsi, 65% des matières premières sont achetées selon les principes du commerce équitable, le cacao au Pérou et le sucre au Brésil. Cette volonté affirmée se matérialise aussi via la construction de 3 séchoirs à fèves en 2016. Un soutien logistique inestimable pour ces agriculteurs précaires et oubliés par l’énorme bulldozer qu’est l’agriculture conventionnelle. La Chocolaterie se veut aussi vertueuse envers ses salariés en s’engageant dans le développement Responsable (conditions de travail, bien-être, horaires).

En préservant l’esprit innovant de son fondateur, la Chocolaterie Dardenne continue de nous régaler avec ses chocolats. Et c’est loin d’être fini. La gourmandise est un pêché intemporel 😀



1 thought on “Chocolaterie Dardenne : un centenaire bien portant”

Laisser un commentaire