Sauvage vs Elevage : Quelles sont les différences ?

Sauvage vs Elevage : Quelles sont les différences ?

Il y a-t-il une grande différence entre un saumon sauvage ou d’élevage ? Logiquement, on aurait tous tendance à préférer un poisson pêché à la canne plutôt qu’un autre qui n’a jamais pu déployer ses nageoires plus loin que les contours d’une cage.

Le sauvage contre l’élevage ? Un débat déséquilibré sur le papier mais qui ne l’est pas autant qu’on ne pourrait le penser.

La surpêche a considérablement dégradé les stocks de poissons présents dans les océans ou les rivières. En réponse à une demande qui ne cesse de croître, les hommes ont dû développer l’aquaculture. Elle se repose sur l’élevage d’alevins ou d’œufs qui sont ensuite parqués dans des espaces confinés à l’instar de l’élevage agricole. Décrié, l’élevage industriel marin peut parfois pallier les manques des réserves naturelles et ne s’avère pas si nocif d’un point de vue sanitaire.

Certaines zones maritimes sont polluées par les rejets d’entreprises peu précautionneuses qui se servent des océans comme d’une poubelle géante. Il n’est pas rare pour les scientifiques de relever des taux de cyanure ou de mercure extrêmement importants. Cette pollution invisible se retrouve en bout de chaîne dans votre assiette puisque les poissons ingèrent à leur insu ces substances toxiques. L’aquaculture, même si c’est rarement le cas, peut choisir des zones où la qualité de l’eau est meilleure bien que la rentabilité prenne souvent le pas sur la vertu.

En France, l’activité piscicole progresse en volume. Une embellie qui tend les associations de défense de l’environnement pointant régulièrement les dérives de ces pratiques, comme le gavage des poissons, la densité astronomique au m² ou la qualité des aliments fournis… qui provoquent une pollution mécanique des océans. Les éleveurs et industriels répondent qu’ils ne font que contenter une demande exponentielle. L’aide de puissants lobbys leur permet de passer au travers des filets…

Le saumon, l’exemple type

En ce sens, l’exemple du saumon, un mets particulièrement apprécié à travers le monde, est édifiant. En 20 ans, la production annuelle d’élevage est passée de 27.000 à plus de 1 million de tonnes métrique. La nature n’étant plus en mesure de fournir autant de saumons (les stocks mondiaux ont diminué de moitié en deux décennies) il a bien fallu trouver une solution pour produire plus. Le poisson emblématique de la Norvège a donc vu ses élevages se multiplier un peu partout dans le monde.

Cependant, le saumon sauvage naturel et le saumon d’élevage ont des conditions de vie très différentes qui entrainent une multitude de disparités.

source (thérapeutesmagazine)

La fiche ci-dessus montre clairement les différences physiologiques entre ces saumons.

Alimentation : Le saumon sauvage se nourrit d’autres organismes présents dans son environnement naturel, le saumon d’élevage reçoit un aliment riche en matières grasses traitées pour produire de plus gros poissons.

Différences nutritionnelles : Le saumon d’élevage est beaucoup plus gras. Il contient un peu plus d’oméga-3* et beaucoup plus d’oméga-6*. Son taux calorique est 46% plus élevé qu’un saumon naturel comme sa quantité de matières grasses est trois fois plus importante. Les éleveurs ajoutent également de la vitamine C (dont est dépourvu le sauvage) à leur nutrition. Au contraire, le saumon naturel possède un taux de minéraux plus important (potassium, zinc, fer).

Conclusion : Le saumon d’élevage est plus gras et riche en graisses saturées alors que le sauvage contient plus de minéraux.

*Oméga-3/Oméga-6 : Ces acides gras ont un rôle prépondérant dans le corps humain, ils sont ainsi appelés les acides gras essentiels (AGE). La plupart des gens mangent trop d’oméga-6, l’équilibre est difficile à trouver entre ces deux types d’acide gras.

 

Contaminants : Tous les poissons accumulent des contaminants (bi-phényles poly-chlorés (PCB), dioxines, pesticides chlorés) présents dans l’eau. On constate que le saumon d’élevage a des concentrations beaucoup plus élevées qu’un saumon sauvage. Une étude de plus de 700 échantillons de saumon du monde entier a constaté une concentration de BPC huit fois plus élevée chez les saumons d’élevage. Malgré cet écart, les taux relevés ne sont pas alarmants même si les avis scientifiques diffèrent sur la question. La pensée dominante suggère que l’apport en oméga-3 du saumon prend le pas sur les risques pour la santé des contaminants présents dans le saumon.

 

Prix : Le saumon sauvage est beaucoup plus cher que celui d’élevage. Le côté naturel, mis en avant par les marketeurs et commerciaux, fait gonfler allégrement la valeur marchande du saumon sauvage et peut ne pas valoir la différence tarifaire indue. L’explication coule de source, le saumon d’élevage est un produit sain. Ces vertus sont inférieures à celles de son cousin sauvage mais ces bénéfices nutritifs restent attractifs notamment son apport en oméga-3.

 

Pour utiliser un proverbe convenu, « la nature fait bien les choses ». Dans ce cas, cela a du sens, bien que notre surexploitation de ses richesses mette en danger son fragile équilibre. Si l’homme n’est pas aussi fort que la nature, il pourrait lui venir en aide tout en subvenant à ses besoins. Cela impliquerait de ne plus penser qu’en terme de profit, rentabilité ou cupidité mais plutôt de produire en respectant et préservant Mère Nature.

Candide me direz-vous ?

Peut-être. Idéaliste certainement.

Nous croyons en la capacité de l’homme à préserver son patrimoine naturel avant qu’il ne soit trop tard.

source (planétoscope)



1 thought on “Sauvage vs Elevage : Quelles sont les différences ?”

Laisser un commentaire